Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le mot d'intro

"Quand Agnès travaillait peu, quand j'étais encore plus connu qu'elle, les gens s'asseyaient littéralement sur sa tête pour me parler. Nous sourions de voir aujourd'hui combien les choses ont changé, combien les mêmes ont changé d'attitude. Quant à moi, j'ai toujours attendu qu'elle ait du succès. Elle le mérite." JEAN-PIERRE BACRI

Ecoutez, découvrez


 

 


 

 

Contact

Envoyer MP sur Facebook
en cliquant ici
21 juin 2006 3 21 /06 /juin /2006 09:02
Bonjour à tous.

Pour le SPF, le 70e anniversaire des congés payés doit consacrer le droit aux vacances pour tous. Depuis plusieurs semaines, la campagne 2006 est en route.

Permettre à des enfants de familles défavorisées de partir au moins une journée en vacances. C’est, depuis plus de soixante ans, la marque de fabrique du Secours populaire français (SPF). Même celui qui est devenu président de l’association a découvert la mer grâce à ce qui s’appelait, à l’époque, le Secours - ouvrier international. C’était en août 1936, Julien Lauprêtre avait dix ans. Chaque année, ils sont toujours plus nombreux à suivre le chemin du jeune Julien. Car si la loi du 20 juin 1936 a incontestablement bouleversé la vie des Français, l’inégalité d’accès aux vacances persiste. Alors que le nombre de vacanciers n’a cessé d’augmenter jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, il stagne depuis. « Les médias annonceront tout de même des trains complets, des autoroutes saturées et des aéroports débordés mais, cet été encore, près de la moitié des adultes et un enfant sur trois ne connaîtront pas la joie du départ. La plupart d’entre eux, pour des raisons financières », explique inlassablement Julien Lauprêtre.

Pour célébrer les soixante-dix ans des congés payés, le SPF, comme à son habitude, n’a pas choisi la commémoration nostalgique et nombriliste. Il s’appuie sur l’événement historique pour lancer une campagne en direction du plus grand nombre : « 1936-2006, les vacances, ce n’est pas du luxe ». Une campagne soutenue par des personnalités du spectacle et des médias tels que Jean Ferrat, Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri, Anne Sinclair, Line Renaud, Anne Roumanoff ou Isabelle Aubret. Autre volet de l’opération, l’édition de nouveaux cahiers « le dire pour agir », créés, à l’origine pour le bicentenaire de la Révolution française. Familles et enfants peuvent ainsi raconter leurs meilleurs souvenirs de vacances et témoigner de l’importance de ces moments dans leur vie. Des extraits seront également diffusés au cours de l’émission de radio Paroles de..., sur France-Bleu. Enfin, des canotiers, en clin d’oeil à l’époque du Front populaire, sont en vente pour financer la campagne 2006.

Plus encore cette année, les bénévoles du Secours populaire sollicitent leurs partenaires commerciaux et institutionnels afin de sensibiliser l’opinion ainsi que les pouvoirs publics à l’injustice devant le droit aux vacances. Après le week-end de l’Ascension à Deauville ou la sortie du 11 juin dans un parc d’attraction de l’Oise, les initiatives, nationales ou départementales, se succèdent afin d’offrir à un maximum d’enfants un séjour qui les sortira de leurs difficultés quotidiennes. À quelques dizaines de kilomètres de chez eux comme à l’autre bout de la France. Pendant un après-midi ou plusieurs semaines. Dans un centre aéré ou au sein d’une famille de vacances. Malgré cette mobilisation, après la mi-août, de nombreux enfants n’ont toujours pas pu partir. C’est à eux qu’est consacrée la fameuse journée des oubliés des vacances. Pour l’Île-de-France, elle aura lieu le 22 août et permettra à des milliers de jeunes de poser le pied sur le sable d’une plage de France. Comme en été 1936.

@ bientôt
* Alice *

Partager cet article

Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog Alice éclypsis - dans Actualités
commenter cet article

commentaires