Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le mot d'intro

"Quand Agnès travaillait peu, quand j'étais encore plus connu qu'elle, les gens s'asseyaient littéralement sur sa tête pour me parler. Nous sourions de voir aujourd'hui combien les choses ont changé, combien les mêmes ont changé d'attitude. Quant à moi, j'ai toujours attendu qu'elle ait du succès. Elle le mérite." JEAN-PIERRE BACRI

Ecoutez, découvrez


 

 


 

 

Contact

Envoyer MP sur Facebook
en cliquant ici
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 09:16

Comment ne pas aimer Agnès Jaoui ? À la fois auteur, avec son mari Jean-Pierre Bacri, de quelques-uns des scénarios français les plus fins de ces dernières années (notamment pour Alain Resnais) ; comédienne toute en pudeur comique ; réalisatrice à succès (« Le goût des autres »…) ; désormais chanteuse évanescente au charme latin révélé. Oublié pour un temps l'humour grinçant et désabusé des longs-métrages, son tour de chant s'appelle simplement « Dans mon pays ». Il sent la mélancolie, les bords de mer, et un anachronisme tout à fait atypique. Rencontre avec une apatride, autour de la musique, des voyages, et… de la truffe.

 

Racontez-nous l'histoire de ce spectacle.

 

Agnès Jaoui : « Ce spectacle est dans la continuation du travail entamé avec mes musiciens depuis un moment. On y retrouve davantage de créations, principalement en espagnol et en portugais. J'ai en effet écrit une demi chanson (rires), mais cela reste modeste. C'est toujours basé sur la nostalgie ».

 

Au fond, quel est véritablement « votre pays » ?

 

A.J. : « La nostalgie que j'évoque est celle de plein de pays à la fois. Je me considère comme une juive errante, donc l'Écosse autant que la Tunisie, Cuba, l'Espagne, le Portugal, me touchent… Je suis allée à Cuba il y a deux ans, alors que je n'avais aucune attirance pour l'Amérique du Sud, et j'avais l'impression d'y avoir toujours vécu. Je m'y suis fait des amis, une famille… »

 

Que vous apporte la chanson, qui vous manque au cinéma ?

 

A.J. : « Il y a quelque chose de plus artisanal, d'encore plus « roots » en tournée. Au cinéma, on vit dans un monde « 8 étoiles », on est vite coupé du monde réel ».

 

Vous vous produisez volontairement dans des salles de tailles modestes ?

 

A.J. : « On a fait des concerts dans des salles de 2 500 personnes, mais là c'est totalement différent, très intime. En acoustique, on est sans filet ».

 

Que vous évoque la région sud-ouest ?

 

A.J. : « Le sud-ouest, cela m'évoque l'amour, pour des raisons personnelles que je ne peux dévoiler ici. Cela m'évoque également la truffe, ça peut paraître étrange mais j'adore ça, elle m'a même soignée à une époque de ma vie… Je me suis déjà produite à Cahors il y a deux ans, tout le monde était adorable, et du coup j'ai failli y tourner (« Parlez-moi de la pluie, avec Jamel Debouze », sorti en septembre dernier, finalement tourné en Provence, ndla).

 

Quels sont vos projets ?

 

A.J. : « J'ai quelques projets musicaux, et je vais refaire l'actrice aux côtés de Benoît Poelvoorde, dans un film de Laurent Achard. Avec Jean-Pierre (Bacri), nous avons entamé l'écriture d'un nouveau film...»

"La dépêche" - 12 Mai 2009
Propos recueillis par Félicien Cassan - Photo archives DDM

Partager cet article

Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog - dans Interviews
commenter cet article

commentaires