Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le mot d'intro

"Quand Agnès travaillait peu, quand j'étais encore plus connu qu'elle, les gens s'asseyaient littéralement sur sa tête pour me parler. Nous sourions de voir aujourd'hui combien les choses ont changé, combien les mêmes ont changé d'attitude. Quant à moi, j'ai toujours attendu qu'elle ait du succès. Elle le mérite." JEAN-PIERRE BACRI

Ecoutez, découvrez


 

 


 

 

Contact

Envoyer MP sur Facebook
en cliquant ici
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 08:45

Bonjour à tous.

Une petite nouvelle de dernière minute, qui ravira nos amis Suisse ou limitrophes; préparez votre soirée, du théâtre est au programme ce soir.

Un zeste d’humour, une larme de franchise, une pincée de poésie et l’amour à volonté ! Sous la plume de Xavier Durringer et d’Agnès Jaoui. A Pully ce soir.

Un zeste d’humour, une larme de franchise, une pincée de poésie et l’amour à volonté ! Une conjugaison contemporaine aux plumes satiriques et aiguisées de Xavier Durringer et d’Agnès Jaoui, entre autres.
Savourez le temps d’un verre cette brève de comptoir à travers laquelle une histoire se raconte. Ou plutôt, plusieurs. Celle de la séduction, de l'amour et de la séparation. Sujets ringards? Détrompez-vous! Une conjugaison contemporaine aux plûmes satiriques et aiguisées de Xavier Durringer et d’Agnès Jaoui, entre autres.

Un spectacle qui nous concerne tellement que la scène n'est plus l'estrade traditionnelle mais le public assis autour des tables, du bar et même des toilettes ! « Le verbe aimer est difficile à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif, et son futur est toujours conditionnel. » Jean Cocteau « Aimer est un verbe irréfléchi. » Henri Jeanson

« Un être seul vous manque et tout est dépeuplé » Alphonse de Lamartine « J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j’ai aimé. C’est moi qui ait vécu (…) » Alfred de Musset Ces citations résument cette création où la vie se conjugue au pluriel, une alternance de bonheur, d’angoisse, d’amertume et de mélancolie... Les drames peuvent être pourtant vite oubliés. Seul l’amour où le verbe AIMER aux multiples déclinaisons demeure et devient plus beau ...

RDV au Café Théâtre de la Voirie, Lutry, Jeudi 11 Octobre 2007 à 20h30

Pour réserver, cliquez ici

Pour voir le site officiel de la salle, cliquez ici

Bonne journée à vous et n'hésitez pas à venir nous raconter votre soirée

*Alice*

Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog Alice éclypsis - dans Ses participations
commenter cet article
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 09:34
La semaine dernière, l’Ambassade a inauguré DeMon, nouveau pôle de création franco-espagnol. Un projet ambitieux, sur lequel le service culturel et l’Institut Français de Madrid ont travaillé main dans la main pendant près d’un an. Jeudi soir, pour le lancement, la surprise était au rendez-vous.

Le service culturel de l’Ambassade de France a prouvé qu’il pouvait faire renaître les forces vives et donner un nouveau souffle aux relations franco-espagnoles. DeMon, le pôle de création artistique créé et imaginé par l’Ambassade a été inauguré en grandes pompes jeudi transformant le patio de l’Institut Français et les locaux de l’Ambassade en un vaste terrain de jeu pour les artistes et le public. DeMon, c’est le "monde" à l’envers, un concept de soutien à la création franco-espagnole.
Pour Steve Stuart, scénographe français dont l’installation visuelle et sonore a accueilli le public pour le lancement, "on vit dans un monde chaotique, donc pourquoi ne pas inverser les choses et inventer un monde plus harmonieux?". 
DeMon sera un laboratoire, où artistes français et espagnols pourront trouver un espace de liberté et profiter d’un large réseau de distribution.

(...)Par ailleurs,
DeMon regorge d'énergies ; l’équipe a su s’entourer. Pour parrains, rien de moins que l’actrice Carmen Maura et Ariel Goldenberg*. Pour le lancement, une chorégraphie de Catherine Diverrés, directrice du Centre Chorégraphique National de Rennes. En novembre, Agnès Jaoui animera un atelier de cinéma à la Casa Encendida. Ce programme ambitieux s’étoffera tout au long de l’année. La force de DeMon est aussi et surtout d’avoir réuni sous la bannière de la coopération tous les acteurs de la relation franco-espagnole.(...)

Article rédigé par
Laurence DANTHONY (www.lepetitjournal.com Madrid) lundi 1er octobre 2007

Pour lire la suite cliquez ici
Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog Alice éclypsis - dans Ses participations
commenter cet article
21 septembre 2007 5 21 /09 /septembre /2007 08:18

Un temps prévu pour Agnès Jaoui, «La Vérité ou presque» a finalement été réalisé par son ami Sam Karmann. Après «Kennedy et moi» et «A la Petite Semaine», celui-ci prouve à nouveau qu'il vaut mieux que son rôle dans «Navarro».

 

En panne dans à peu près tous les registres de son cinéma populaire - ah, les comédies de Christian Clavier! ah, les polars de Luc Besson! -, la France se replie sur la comédie chorale, ordinairement sentimentale, autour d'un groupe de névrosés du cœur. Le succès hors normes du Goût des autres d'Agnès Jaoui a évidemment conforté la profession à investir dans ce genre, sauf que celle-ci semble le plus souvent confondre les films de Claude Lelouch avec les scénarios ciselés par le couple Bacri-Jaoui. La preuve avec le navet qui représentait l'honneur hexagonal aux Oscars en début d'année: Fauteuils d'orchestre de Danièle Thompson. La preuve aussi avec le plus gros battage marketing du métro parisien en ce moment: Le Cœur des hommes 2 de Marc Esposito.

Que vaut La Vérité ou presque dans ce refuge de la médiocrité? Mieux que son titre, à faire fuir, encore qu'un Marc Lévy, avec à peine moins d'inspiration, remporte des succès de librairie phénoménaux. Mieux que son titre, donc, d'abord grâce à la bonne nature de son auteur, l'étonnant Sam Karmann.

Acteur sous-fifre de Roger Hanin dans la série Navarro depuis des lustres, Sam Karmann s'est dédoublé pour entamer une carrière d'auteur-réalisateur-interprète. Bien lui en a pris puisqu'il a remporté un Oscar du meilleur court-métrage (en 1992 pour l'hilarant Omnibus) avant de remporter un joli succès d'estime avec Kennedy et moi en 1999. Autant de pièces honorables qui le relient à la communauté d'esprit Bacri-Jaoui, pour lesquels il a joué dans Le Goût des autres.

De fait, La Vérité ou presque est d'abord un roman, True Enough, que Stephen McCauley avait écrit par admiration pour Agnès Jaoui, et que cette dernière, un temps engagée dans le projet d'adaptation, a fini par céder à Sam Karmann. A priori pourtant, il s'agit bien du méli-mélo craint et qui se déroule à Lyon: Anne, l'héroïne (Karin Viard), journaliste TV stressée que son mari attentionné (Sam Karmann) ne touche plus, couche toujours avec son ex (François Cluzet) qui, lui, délaisse sa nouvelle épouse enceinte (Julie Delarme). Bref, la médiocrité à tous les registres, tellement banale qu'elle paraît tirée d'un quiz d'été «où chacun se reconnaîtra» (êtes-vous prêt à accueillir un bébé? pourquoi je suis encore amoureuse de mon ex-mari? etc.). Une Danièle Thompson s'en tiendrait là. Pas Sam Karmann, qui peut se reposer sur l'intrigue de Stephen McCauley, quasiment celle d'un polar. Celle-ci intervient en la personne d'un homme qui sait bien que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, un universitaire homosexuel (André Dussollier) qui débarque à Lyon et sème la zizanie dans ce microcosme. Involontairement: il est en ville pour écrire la biographie d'une chanteuse de la région, Pauline Anderton, qui a connu son heure de gloire dans l'après-guerre, mais a disparu depuis...

Ce fil rouge, marque d'affection de Sam Karmann pour le jazz, possède une double fonction: maintenir l'intérêt au-delà du seul chassé-croisé amoureux et inscrire les personnages dans leur rapport au passé et à une certaine mélancolie. Ou non. Car il en va du bonheur des uns et des autres selon cette seule question: vivre dans le passé, le présent ou le futur?

Le pire spécimen, Marc, l'ex- mari d'Anne, entrepreneur véreux, tente de tout vivre en même temps, de s'arranger avec le mensonge plutôt qu'avec la vérité. Personnage secondaire qui ne laisse plus la moindre chance au «presque», il marque le film par sa fourberie absolue. Il en est même son point fort, au point que la caméra pourrait ne s'intéresser qu'à lui. Il est surtout incarné par François Cluzet. César du meilleur acteur en début d'année pour sa prestation dans Ne le dis à personne de Guillaume Canet, le comédien maintient son état de grâce.

Il était temps: voilà trente ans que l'acteur, 51 ans, trimballe sa folie douce sur les écrans et sur les planches, éternel adolescent poussé à se lancer dans ce métier après la vision de Spencer Tracy dans Dr Jekyll and Mr Hyde. Révélé par Cocktail Molotov de Diane Kurys en 1980, il aura été l'un des acteurs fétiches de Claude Chabrol (Le Cheval d'orgueil, Les Fantômes du chapelier, Une Affaire de femmes, L'Enfer, Rien ne va plus) et aura multiplié les rôles forts, de L'Eté meurtrier de Jean Becker à Vive la sociale de Gérard Mordillat, de Force majeure de Pierre Jolivet à Autour de minuit de Bertrand Tavernier, des Apprentis de Pierre Salvadori à Janis et John de Samuel Benchetrit, avant d'éclater enfin et d'obtenir une reconnaissance à la hauteur de son talent. Ne serait-ce que pour lui rendre justice, La Vérité ou presque mérite le détour.

La Vérité ou presque, de Sam Karmann (France 2007), avec Karin Viard, André Dussollier, François Cluzet, Sam Karmann, Brigitte Catillon, Julie Delarme. 1h35. Pour visiter le site officiel du film cliquez ici

Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog Alice éclypsis - dans Ses participations
commenter cet article
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 09:24
Bonjour à tous.
Marraine d'un concours de scénario organisé par Gindou cinéma, destiné aux jeunes, et baptisé « Le goût des autres » (comme par hasard), Agnès Jaoui sera à Utopia Tournefeuille toute la journée du dimanche 1er juillet.

Puisqu'elle vient pour remettre les prix aux gagnants samedi 30 juin à 19 h 30 à la maison de Midi-Pyrénées (1 rue de Rémusat), Utopia en a profité pour lui proposer une rétrospective de ses films, à quoi elle a préféré une carte blanche et choisi « Les silences du palais » de Moufidla Tlatli.

Le concours de scénarios étant centré cette année sur le thème de « La mémoire de l'immigration », Utopia présente ensuite « Mémoire du Mirail », un documentaire réalisé par Jamal El Arch et Addellah El Kaissi.

« Les silences du palais » sera proposé à 10 h 30 (après un petit-déjeuner prévu à 10 heures). À 13 heures, déjeuner sur l'herbe et à 15 heures « Mémoire du Mirail ».

Source La Dépêche du Midi


Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog Alice éclypsis - dans Ses participations
commenter cet article
4 octobre 2006 3 04 /10 /octobre /2006 08:45

Bonjour à tous.

Un nouvel article rejoindra la rubrique des "participations" d'Agnès Jaoui.

"Nous sommes au 30 03 06, date pivot dans le mouvement des intermittents en Languedoc-Roussillon ; Agnès Jaoui et son équipe rencontrent les artistes au théâtre du Chai du Terral et le responsable culture du Conseil Général de l'Hérault, également maire de la cité où se trouve le théâtre. Le débat est intense, prises de paroles et écoute respectueuses pour aborder la complexité des problèmes."

Je tiens particulièrement à remercier Didier Leclerc de l'Atelier N89 que vous pouvez retrouver sur le site www.atelier-n89.com

@ bientôt
* Alice *
Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog Alice éclypsis - dans Ses participations
commenter cet article
28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 12:32

Bonjour à tous.

Il sort Lundi 2 Octobre; certains l'attendent depuis longtemps car les "best-of", les "compilations méga chansons françaises" y'en a marre à force.  :-)
Il revient sur le devant de la scène française avec un nouvel album "Décalage horaire" pour nous dévoiler des chansons assez inattendues et d'une qualité irréprochable.
Parmi les douze chansons proposées, trois d'entre elles seront revisitées pour notre plus grand plaisir.
A 77 ans, Marcel Amont communique avec toujours autant de plaisir son swing et sa fraîcheur légendaires. Un album avec des invités prestigieux : Agnès Jaoui, Gérard Darmon, Didier Lockwood, Biréli Lagrène... le retour d'un artiste majeur.

Retrouvez toute son actualité sur son site officiel .
Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog Alice éclypsis - dans Ses participations
commenter cet article
6 juin 2006 2 06 /06 /juin /2006 09:55
Bonjour à tous,

Le festival Art Rock 2006, c’est apparemment déroulé très correctement sous un soleil plutôt généreux comme on a pu en profiter sur pratiquement tout le pays ! Mais météorologie mise à part on se régale lorsque l’on peut constater qu’Agnès est restée dans le concert traditionnel comme Thomas Fersen ou encore Dick Annegarn alors que d’autres se sont lancés dans des duos des trios, des quattros des… euh non rien !

Agnès Jaoui écrit, réalise et désormais chante des chansons d'amour tristes comme elle le rappelle au bout de trois morceaux, prodiguant ses commentaires sur les paroles avec l'humour pince-sans-rire qui fait tout son charme.

Sous les guitares de ses musiciens, elle joue, sourit, pleure et offre sa superbe voix à la salle sous le charme. Encore une actrice chanteuse, soit, mais surtout un nouveau talent exceptionnel dans un style tout particulier qui lui va à ravir.

Vincent Frèrebeau (Directeur du Label Tôt ou Tard) de dire : « Et Agnes Jaoui qui raconte partout que si elle était pas déjà connue, personne serait venu lui signer un disque! Alors là j'lui ai dit, pu..de bor.. de mer..., une fois, une fois, je signe avec quelqu'un qu'est déjà connu pour autre chose que la chanson, et voilà tu m'affiches comme si j'étais l'éditeur de Loa... en train de faire un coup, zut et crotte (gros mot autorisés) Bon je sais que tu as une modestie hypertrophiée et j'te pardonne … »

Des liens concernant des comptes-rendus du Festival Art Rock 2006:

-> Le forum de Tôt ou Tard

-> Bientôt des photos sur le site de Volubilis

-> Retrouvez la journée du dimanche sur le site de Froggy’s Delight

-> Le site de Yves

-> Article Le Monde

-> Article Libération

Si vous avez des photos de ce festival n’hésitez pas à me les envoyer, je les mettrai en ligne.

@ bientôt

 * Alice *

Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog Alice éclypsis - dans Ses participations
commenter cet article
19 mai 2006 5 19 /05 /mai /2006 08:54


Bonjour à tous,

Elbicho est un groupe d'acrobates. Et pas seulement parce que son chanteur, Miguel Campillo, les bons soirs, se livre à des sauts périlleux sur scène. Aux guitares (électrique ou flamenca), Victor Iniesta n'a rien à lui envier dans le spectaculaire. Et le reste du groupe (percussions, flûte, trompette) fait de la haute voltige, lorsqu'il plonge sans filet dans un flamboyant flamenco-fusion à forte teneur en improvisation.

Elbicho est sans doute ce que la scène espagnole actuelle propose de plus original. Le noyau dur de la formation provient d'un stage animé dans une MJC de la périphérie de Madrid par le batteur de jazz Guillermo McGill. Suivent de nombreux concerts dans la rue, dont l'un sera providentiel : à Vitoria, alors qu'ils jouent pour récolter de quoi se payer les billets pour voir Paco de Lucia, ils sont approchés par Jorge Pardo, son saxo. Qui travaillera sur leur premier disque en 2002, disparate (mi-live, mi-studio) et plein de promesses. Paru l'an dernier, Elbicho II est bien plus abouti. Le groupe a aussi collaboré au premier album d'Agnès Jaoui, offrant à l'actrice-chanteuse deux titres inédits.

Ils étaient hier soir à 20h30 en concert  au Cabaret Sauvage, Parc de la Villette mais seront également Samedi 20 mai à Ajaccio au Théâtre Aghja, le 27 Juin à Ramonville (31) et le 30 Juin à St Herblain (44).

Retrouvez les jongleurs de notes ELBICHO sur leur site officiel www.elbicho.com

Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog Alice éclypsis - dans Ses participations
commenter cet article
28 avril 2006 5 28 /04 /avril /2006 12:40

Bonjour à tous,

Agnès Jaoui sera l'invité du Vivement Dimanche consacré à Enrico Macias et diffusé le dimanche 30 avril à 14h00 sur France 2. Elle y interprétera un duo avec Enrico Macias et la chanson "Historia de un amor", extrait de son nouvel album.

Il y aura également Bruno Maman, Art Mengo, Jacques Chancel, Jocya (sa fille), Elyot et Simon (ses petits enfants), José Garcia...

 

Enrico Macias fête cette année ses quarante-cinq ans de carrière avec l'album « La Vie populaire ». Il vient, sur le célèbre divan rouge de Michel Drucker, entouré d'amis, évoquer les grands moments de son parcours.

 

Bon week-end prolongé ensoleillé é é é..

* Alice *

 

Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog Alice éclypsis - dans Ses participations
commenter cet article
24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 13:22
Bonjour à tous,

l'actualité d'Agnès est quelque peu légère en ce moment mais il y a toujours quelquechose à se mettre sous la dent...

Agnès partage un deuxième repas musical, une participation avec Dick Annegarn sur son dernier album "Le Grand Dîner" sorti en Mars dernier chez Tôt ou Tard.

Ils y reprennent ensemble "La transformation" dont je vous offre (comme promis) les paroles ci-dessous...

Dick Annegarn sur son site officiel www.annegarn.com

La Transformation

Près de l'eau prés de l'au-delà
Près de l'eau de la fontaine
Près de l'eau de la fontaine
Près de l'eau de la fontaine se trouve ma mécène
Que j'aime autant que les arbres et e vent
Qui battent le temps, le temps d'une mesure
Et au fur et à mesure que le chant avance
La faune et la flore et les métaphores
Entrent en transcendance en transformation
En transformation
Dieu des dieux
Dieu du feu
Dieu de toutes les fibrilles

Il est beau le bruit du bois
Il est beau le bois
Il est beau, il est beau, il est beau, il est beau,
Il est beau le bruit du bois
Il est beau le bois duquel je viens et je viens
Vous dire que j'ai rien à dire
Mais que l'on respire mieux là-bas
Sur le haut plateau, près de l'eau de la
Fontaine qui insuffle la vie
Près du zéphyr celui qui inspire à la transformation
La transformation
Dieu des dieux
Dieu du feu
Dieu de tous les chaînons

Je ne mangerai pas ta pomme, pas ta pomme, pas ta pomme, pas ta
Non je ne mangerai pas ta pomme
Non non non je ne mangerai pas de ta nourriture
Nourriture d'une terre dont la sève est sure
Et le fruit amer, d'une culture forcée
Par la main de l'homme
Qui en dépit des dieux
Ceux qui avec nous sont prêts à tout
Pourvu qu'on leur laisse la transformation
La transformation


Repost 0
Published by Agnès Jaoui le blog Alice éclypsis - dans Ses participations
commenter cet article